L’allaitement Maternel

 

cropped-zoa_15.jpg

L’allaitement maternel a ce quelque chose de magnifique, de naturel et d’évident qui fait rêver. Oui mais. Cet article est évidement là pour vous parler des bienfaits et bonheurs de l’allaitement maternel mais également des difficultés que l’on peut rencontrer bien souvent car oui, allaiter son bébé n’est pas toujours un long fleuve tranquille, aussi faut-il être suffisamment préparée avant de se lancer.
Pour information l’OMS recommande un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois puis un allaitement jusqu’au deux ans de l’enfant.
La mauvaise image du bambin allaité trop longtemps est donc bien loin…

 

L’or blanc : un bénéfice santé pour l’enfant ET la mère
 Tout d’abord il faut savoir que le lait d’une mère à son enfant, à part dans des cas extrêmement rare (maladie grave …), sera toujours le meilleur choix d’aliment. C’est un fluide vivant ce qui ne pourra jamais être le cas pour un lait artificiel, c’est à dire qu’il s’adapte, chaque jour, chaque semaine et chaque mois aux besoins du bébé. Le lait de chaque mère sera adapté à chaque bébé, individuellement et de façon toujours évolutive. Par exemple, si la mère contracte une maladie virale quelconque son lait va produire tous les anticorps nécessaires à la protection de son bébé (les bébés allaités tombent d’ailleurs moins souvent malades que les autres), si le bébé subit un pic de croissance la lactation de la mère va s’adapter en fonction de l’évolution et des besoins de son bébé, le goût du lait change chaque jour en fonction de ce que la mère va manger ainsi son bébé sera déjà préparé à s’ouvrir aux différents goût lorsque sera venu le moment de la diversification alimentaire.
Allaiter son enfant diminue considérablement les risques de coliques et les problèmes digestifs, le lait maternel étant facilement digérable et assimilable. Il arrive même que des enfants soit en “selles rares” comme on les appelle et ne fassent pas caca pendant plusieurs jours : rien d’alarmant, il s’agit d’un fonctionnement logique. C’est également une lutte contre l’obésité, l’enfant prend le poids qu’il doit prendre, contre les allergies, de part les aliments assimilés par le lait, il permet un développement neurologique optimal du bébé et réduit les risques de cancer dans le futur pour le nourrisson.
Mais il y a aussi un bénéfice santé pour la mère allaitante. De part la diffusion des hormones, la mère est beaucoup moins fatiguée car le sommeil paradoxal n’existe pas chez elle. Elle tombe directement dans un sommeil profond ce qui permet une récupération importante. (Cela permet aussi, pour les amateurs, un cododo dans le lit des parents en toute sécurité !) Quand on allaite il est important d’oublier l’horloge de ne pas toujours se focaliser sur l’heure des tétées, on fait à la demande et… C’est tout ! Cela diminue considérablement la nature anxiogène de cette surveillance constante. L’allaitement retarde le retour de couches ce qui est, nous l’avouerons un confort non négligeable. Il brûle des calories importantes ce qui permet souvent à la femme de retrouver rapidement le poids avoisinant son poids de grossesse (même si chaque femme étant différente ce n’est pas forcément le cas pour toutes). Allaiter diminue les risques de cancer du sein, des ovaires, diminue les risques d’infections urinaires et l’ostéoporose.

23804722_470627626664211_1503698278_n

Affiche réalisée par le site Grandir Nature

Une relation privilégiée
Materner est la suite logique de la grossesse. Elle permet au bébé de trouver sa place, au chaud dans les bras de sa mère et nourri à son sein. Pour son développement futur c’est très important, nous aurons un bébé plus facilement serein, sûr de lui et confiant dans le monde extérieur. La relation mère-enfant s’en trouve enrichie. Il est très doux de voir un bébé énervé, angoissé trouver du réconfort contre le sein de sa mère. Et avouons le il est très facile de calmer un bébé lorsqu’on allaite. Le père a d’ailleurs une place privilégiée dans cet allaitement, contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est une relation qui se tisse à trois.
J’ajouterais qu’il y a un peu de magie dans l’allaitement par exemple une femme peut allaiter un bébé qui n’est pas le sien. Je parle par exemple de l’adoption, de couple homosexuel dont les deux mamans peuvent allaiter il y a quelque chose de fascinant dans le mental de l’être humain et dans son corps.

Les obstacles
Je pense que je me dois commencer par l’obstacle numéro un je pense qui est : le monde du travail. Avec l’OMS qui recommande 6 mois d’allaitement exclusif et un congés maternité qui se termine aux 2 mois et demi du bébé il y a de quoi marcher sur la tête ! C’est tout à fait faisable de poursuivre son allaitement tout en reprenant le travail, il suffit de s’équiper d’un tire lait et d’y penser avant la reprise, néanmoins ce n’est pas simple à gérer et beaucoup de femmes préfèrent stopper l’allaitement par manque de soutien. Obstacle numéro deux : le manque d’information. Trop de femmes pensent à tort ne pas avoir assez de lait. Et le personnel de santé souvent abonde dans ce sens, or c’est totalement faux et impossible (a part comme je l’ai dit de très rares cas). Il y a souvent par exemple, un pic de croissance à 3 et 6 jours, semaines et mois de l’enfant. Lors de ces pics de croissance le bébé va téter très ( très très très) souvent, s’énerver au sein, donnant cette impression alors qu’en fait il met en place une nouvelle lactation qui va lui permettre de passer ce stade de croissance sereinement. Obstacle numéro trois qui rebondi sur celui ci : les professionnels de santé : mal informés, à l’ancienne … ils ont tendance à balancer la solution de facilité : le biberon avec autant d’aisance que l’on jette un mouchoir à la poubelle. Je pense que si l’on veut débuter l’allaitement il est indispensable de se tourner vers une consultante en lactation ou un médecin pro-allaitement. Ils seront plus à même de gérer les soucis d’allaitement : REF, mastites, engorgements … qui ne sont pas toujours bien compris par un médecin lambda. (Pour des contacts à Toulouse ne pas hésiter à me demander!) Obstacle numéro quatre, parfois malheureusement le père. Il se sent parfois de trop et ne trouve pas sa place dans l’allaitement. C’est une question que l’on retrouve énormément je trouve : et si papa ne trouvait pas sa place ? Or, il a une vraie place dans le processus de l’allaitement et je trouve très important d’aborder ce sujet en amont de la naissance de bébé. Trop de femmes manquent de soutien, trop d’hommes se sentent « délaissés » voire « inutiles » lors de l’allaitement, c’est dommage. Il faut être bien préparé à deux avant de se lancer. Obstacle numéro cinq, le temps, l’engagement. Il faut savoir qu’un bébé allaité les premières semaines est pendu au sein. Littéralement ! C’est un fait que certaines mères ne se sentent pas capables d’affronter, dans ce cas là mieux vaut ne pas se lancer ! Je le dis toujours mieux vaut une mère épanouie et un bébé biberonné qu’une mère allaitante désemparée et dont l’allaitement deviendra un mauvais moment ! On risque des dépressions postpartums importantes. Obstacle numéro six le regard des gens. « Tu l’allaite encore ? », « tu montres tes seins », « tu devrais arrêter maintenant, trois mois c’est bien assez ». Ou alors rien que le fait de devoir allaiter en public. Il faut savoir que lorsque l’on a un enfant on est très exposés aux critiques, quelque soit le mode d’alimentation, il y a aura toujours matière à parler… Et pour les pudiques il existe de nombreuses alternatives comme la cape d’allaitement par exemple, mais qu’on se rassure, au bout de quelques temps presque toutes les femmes oublient qu’elles sont pudiques ! N’oublions pas qu’allaiter son bébé 1 mois, 2 mois ou plus … est déjà formidable et bravo à celles qui l’ont fait !

Les on-dit

  • Un bébé allaité ne fait pas ses nuits : FAUX. Ce n’est pas parce que vous le passerez au biberon qui les fera miraculeusement. Chaque bébé à son rythme, et le fait que son “frigo” se trouve tout prêt dans la chambre ne fait pas qu’il se réveille d’avantage.  C’est physiologique.
  • Le lait ne sera plus bon au bout d’un moment : FAUX et ARCHI FAUX.
  • Il faut arrêter l’allaitement quand on est malade : AU CONTRAIRE !
  • Il faut faire attention à ce qu’on mange quand on allaite : VRAI et FAUX certains cas le nécessitent mais en étant bien informé en général on peut manger de tout et même boire de l’alcool (si, si…)
  • A un an quand même, il faut arrêter : FAUX il n’y a aucune limite à l’allaitement et le lait sera toujours plus adapté qu’un lait de vache (pourtant ça ne choque personne un biberon à 4 ans)
  • On ne peut pas prendre de médicaments lorsqu’on allaite : FAUX une foule de traitement est compatible lors de l’allaitement, il faut juste trouver avec son médecin les médicaments adéquats. Un site top pour ça :  le CRAT tout est référencé.
  • L’allaitement est douloureux : VRAI et FAUX. Une douleur est un signe que quelque chose ne va pas : position du bébé, la votre, freins de langue, de lèvre… Il faut trouver la cause. 

Pour plus d’informations je vous invite à aller voir le site de l’Association l’Allaitement Tout un Art .

Je terminerais par cette citation très vraie : “L’enfant ne demande que trois choses: la chaleur des bras de sa mère, le lait de ses seins et la sécurité de sa présence. L’allaitement réunit les trois.”

Belle aventure lactée !

Pour info, si vous souhaitez vous procurer un tire lait avec ordonnance de votre médecin, un site référence au top : Grandir Nature. Tous leurs tires-lait sont au prix de 12€/semaine (ce qui est remboursé par la Sécurité Sociale), chose qui n’est pas le cas en Pharmacie en général où seulement le Kittet très mauvais et très blessant est pris en charge.
Les marques qui ont fait leurs preuves Medela et Spectra.

3 Comments Add yours

  1. Julie says:

    Superbe article sur l’allaitement.
    Pr ma part je pratique l’allaitement mixte avec allaitement au sein et biberons que je prépare grâce à mon tire lait électrique de location prescrit par la sage femme avant ma sortie de la maternité.
    En tps que maman de jumeaux, cette organisation s’est très rapidement et naturellement mise en place à la maison et tt le monde y a trouvé son équilibre. Les petits comme moi apprécions nos moments de douceur pendant les repas au sein et le papa apprécie aussi de participer à sa manière tt en me soulagent grâce aux biberons de lait maternel.
    L’allaitement doit être réfléchi, adapté à chaque binôme ou trio maman/bébé(s) et surtt naturel.
    Écoutez-vs vs et écoutez votre corps. Si vs ne vs en sentez pas capable votre bébé ne vs aimera pas moins pr autant. Si en revanche vs vs lancez ds cette superbe aventure, faites vs confiance, suivez votre instinct et vs verrez vs ne le regretterez vraiment pas.
    L’allaitement n’a pas de mode d’emploi strict. Il a en revanche ce qq chose de magique, parfois inexplicable, que chaque maman vit avec bcp d’amour.

    Liked by 1 person

    1. Julie says:

      * soulageant ! Dsl… Merci le correcteur de ptb ! 😋

      Like

    2. Merci infiniment Julie pour ce beau temoignage !
      Allaiter des jumeaux est tellement beau et trouver un équilibre également !
      J’espère que des mamans trouveront échos dans tes paroles !

      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s