Le processus de fabrication de l’ocytocine

51477336_326650438023460_7439454574437466112_n.jpg

 

L’ocytocine est plus connue sous l’appellation d’hormone de l’amour. Nous la produisons lorsque nous sommes amoureux, lorsque nous ressentons de l’attirance, tout simplement quand on se sent bien, devant un film, un livre, quand nous prenons nos enfants dans nos bras, lorsque nous faisons l’amour, lors de l’accouchement et également lors de l’allaitement. Bref une vraie dose de bonheur ❤️ C’est généralement cette petite sensation de papillons au creux du ventre qui nous informe que notre corps est en train de produire de l’ocytocine. Des études ont été réalisées et plusieurs équipes de chercheurs ont démontré que des bouffées d’ocytocine rendaient plus confiant, plus généreux, plus coopératif, plus sensible aux émotions des autres, plus constructif dans les communications et plus charitable dans ses jugements. Il y’a également des tests selon lesquelles poussées à l’extrême la production d’ocytocine pourrait avoir des effets néfastes tels que la violence pour la Défense d’un groupe.

👉🏼 Intéressons nous a ce qu’il se passe durant l’accouchement : la dilatation du col de l’utérus est détecté par des récepteurs présents sur la paroi de l’utérus et l’information est directement envoyée au système nerveux central qui déclenche la production d’ocytocine. Son nom signifie « accouchement rapide » (étymologie grecque) ce qui est assez équivoque. La production d’ocytocine permet les contractions naturelles et efficaces relatives au bon déroulement d’un accouchement. Ces contractions ne sont pas uniformes et aident la descente du bébé dans le bassin.
Si l’on interfère dans sa production on met en difficulté le processus naturel de l’accouchement. Déjà pour aider à la sécrétion d’ocytocine il existe une autre hormone très efficace : la melatonine (hormone du sommeil) sécrétée exclusivement dans l’obscurité. [Info : pour aider à avoir un bon sommeil, préférez l’obscurité, la lumière des bougies, évitez les écrans…] Elle aide à la détente. Les inhibiteurs quant à eux sont extrêmement nombreux : pour aider à la sécrétion de l’ocytocine il faut que le neocortex, la zone du cerveau 🧠 qui gère l’émotion, la pensée, la parole s’éteigne. Il ne doit plus du tout fonctionner. C’est pour cela que parler / toucher une femme qui accouche est déjà propice au ralentissement du travail. L’adrénaline (hormone du stress) est également un puissant inhibiteur. N’oublions pas que l’adrénaline est extrêmement contagieuse, si quelqu’un à côté de nous est angoissé nous sécrétons naturellement de l’adrénaline à notre tour. Il n’est pas faux de dire que les accouchements dans les structures ont Une propensions à durer plus longtemps. Un petit récapitulatif de ce qui peut mettre en danger la production de l’ocytocine : la lumière, les sons, les paroles, les touchers, les déclenchements, l’ocytocine de synthèse, la poussée dirigée (rappelons qu’expulser un bébé devrait être la même chose que lorsque l’on va aux toilettes, un acte naturel), le stress, la réflexion … Chacun de ces actes peut augementer la durée de l’accouchement.

👉🏼 Il est donc nécessaire de créer un cocon propice à la bonne fabrication de l’ocytocine lorsqu’une femme est en train d’accoucher, c’est fondamental. ⭐️ Et dans l’idée, il vaut mieux partir à l’hôpital le pos tard possible pour que ci est déjà eu le temps de bien travailler 👍🏽

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s