La Naissance Orgasmique

61688010_374943316527505_7210420804813586432_n

Dans notre société, associer naissance et orgasme est assez mal considéré. Pourtant, l’accouchement en lui-même est un acte sexuel. En France, à l’heure actuelle, l’accouchement est synonyme de souffrance et il est extrêmement appréhendé pour cela par les futures mamans. « Tu accoucheras dans la douleur », cet adage religieux est bien ancré dans les croyances populaires. Pourtant, accoucher dans la jouissance est possible, et ces femmes qui ont vécu un orgasme durant la naissance de leur bébé ne sont pas si rares.

Nous avons à de nombreuses reprises parlé de l’accouchement naturel/physiologique, à savoir un accouchement qui se passe sans actes médicaux et qui permet au corps de faire le travail pour lequel il est fait : donner naissance. Comment ? En produisant de l’ocytocine naturelle, qui nous permet d’avoir des contractions hétérogènes propices à l’accompagnement du bébé dans sa descente vers le bassin. Cette hormone nous la libérons en masse lors de câlin, de l’allaitement et d’un rapport sexuel et particulièrement lors de l’orgasme. Or, comment parvient-on à ces sensations ? En lâchant prise. Totalement. En se fiant à notre corps, ce qu’il nous envoie et ce qu’il nous fait ressentir.

Lors de l’accouchement c’est exactement le même phénomène qui se produit, si nous sommes dans le lâcher prise le plus total, le plus profond, il n’est pas impossible de ressentir ces sensations.
Elodie, nous le disait très bien lors du live que nous avons partagé sur l’accouchement respecté. La souffrance et la douleur sont deux choses totalement différentes. La douleur est un phénomène physique, ressenti au moment du choc, la souffrance quant à elle est psychologique. Lors d’un accouchement nous pouvons vivre dans la douleur au moment où elle se produit, douleur qui a pour but rappelons-le, une douleur physique qui porte en elle la création de la vie ; ou alors dans la souffrance, dans les projections de la douleur que nous allons/venons de ressentir. Lâcher prise, ressentir les sensations, renouer avec son côté primitif est primordial pour un accouchement serein. Douleur ou non.

De nombreuses études prouvent aujourd’hui que faire l’amour très souvent lors du dernier trimestre de la grossesse ainsi que la stimulation du vagin et du clitoris durant l’accouchement permettent de diminuer grandement l’impact de la douleur. Barry R. Komisaruk, un chercher a aussi découvert sur des rats que la stimulation vaginale bloquait la substance P (qui transmet la douleur) au niveau de la moelle épinière. En clair, les neurotransmetteurs chargé de délivré le message “aïe!” au cerveau sont directement stoppés.
Le plaisir est donc un inhibiteur naturel à la douleur.

La nature de la femme réside dans l’écoute active de son corps et de ses sensations. Qu’elle soit mère, ou non, qu’elle le veuille ou non, une femme possède en elle la puissance de mettre au monde et de nourrir son enfant. C’est une force incroyable qu’on sous-estime à tort.
🌕🌖🌗🌘🌑🌒🌓🌔🌕

Pour aller plus loin 👉🏼 Documentaire vidéo : Naissance orgasmique: le secret le mieux gardé, réalisé par Debra Pascali-Bonaro | Livres 👉🏼Accoucher par soi-même ; Laura Kaplan Shanley + Le guide de la naissance naturelle : Retrouver le pouvoir de son corps ; Ina May Gaskin

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s